Wiki Kaamelott Officiel
Advertisement

Cette page rassemble des citations des personnages de Kaamelott.

Sommaire

Arthur[]

Livre I[]

Les Tartes Aux Myrtilles[]

Dame Séli a préparé une tarte immangeable qu'elle sert à table. Elle explique qu'elle s'entraîne pour ses futurs petits enfants.

Séli : Les tartes, la pêche, tout ça c'est du patrimoine.
Arthur montrant sa tarte : C'est du patrimoine, ça ?

[...]

Arthur ironique : Ah, y'a pas à dire, dès qu'il y a du dessert, le repas est tout de suite plus chaleureux !

De Retour De Judée[]

Arthur s'apprête à entrer dans la salle de la Table Ronde quand Perceval arrive en jouant de la flûte.

Perceval : C'est le Seigneur Dagonet qui me l'a ramenée de Judée, il paraît que c'est typique.
Arthur : C'est typique... Rangez-moi ça, débile, la Table Ronde, c'est pas une fête de l'artisanat !

Le Coup D'Épée[]

Arthur a reçu un coup d'épée au visage, Merlin le soigne mais refuse d'utiliser la magie.

Merlin : Je veux bien refermer, mais pas à la magie. Avec un fil tressé et une aiguille à matelas.
Arthur : Mais j'ai pas le temps de faire de la broderie, maintenant, j'vous dis qu'on est en train de se prendre une peignée !
Merlin : Ben le plus rapide c'est de désinfecter au gros sel.
Arthur : Au gros sel ? Qu'est-ce que c'est que ces conneries ? Vous me prenez pour une épaule d'agneau ?

La Fête De L'Hiver[]

Dame Ygerne est en visite à Kaamelott et clame que sa présence est officielle et qu'elle représente le peuple de Tintagel.

Léodagan : Ah bah, si en plus c'est le porte-parole d'une minorité, je sais pas bien si on peut se permettre de refuser de l'entendre...
Arthur : Ben entendons-la, alors. De toute façon, c'est ma mère, je vais pas la faire tabasser par la garde.

Haunted[]

Arthur et Bohort sont dans la salle du trône au beau milieu de la nuit. Bohort jure avoir vu le fantôme d'Uther assis sur le trône.

Bohort : Je suis pourtant pas fou. Votre père se trouvait là, sur votre trône, sa chevelure toute ébouriffée, il était entouré d'un halo blanc et vaporeux. Il disait qu'il allait revenir prendre le pouvoir.
Arthur agaçé : Soyons francs, Bohort, je ne sais pas ce que vous avez bouffé avant de vous mettre au plumard, mais vous m'avez tout l'air d'avoir fait ce que l'on appelle communément un mauvais rêve.
Bohort : Mais votre père...
Arthur : Mais mon père il est allongé depuis longtemps ! Il est enterré dans la crypte avec sa couronne, son armure et tout le barda. Je vois difficilement comment il pourrait revenir prendre le pouvoir, d'autant qu'il a jamais été foutu de le garder de son vivant.

[...]

Arthur : Mon père, il était pas ébouriffé, déjà, hein. Il avait une coupe à la con, mais c'était plutôt aplati. Et puis il était pas vaporeux.

[...]

Arthur : Oh, mais c'est pas vrai, mais vous allez me gonfler jusqu'à quand ? Une heure que je crapahute dans tout le château avec ma bougie, ça va bien, maintenant !

[...]

Arthur : Mais Bohort, je vais vous faire mettre au cachot. Non, mais je vous écoute, je vous écoute, seulement je vous préviens, je vous le dis, je vais vous faire descendre en cabane avec un pichet de flotte et un bout de pain sec. Je suis désolé, je suis démuni, je vois pas d'autre solution. Et puis je pense que ça vous donnera un peu l'occasion de réfléchir un peu à tout ça à tête reposée, de prendre un peu de recul sur les choses... Parce que, Bohort, on ne réveille pas son roi en pleine nuit pour des conneries, encore moins deux fois de suite.

Les Défis De Merlin[]

Un enchanteur, Elias de Kelliwic'h, se présente à Kaamelott et demande qu'on lui remette la butte aux cerfs pour son usage personnel. Arthur refuse mais Elias est puissant et Merlin incapable de faire quoi que ce soit.

Arthur : C'est vrai ce qu'on dit, vous êtes le fils d'un démon et d'une pucelle ?
Merlin : Oui pourquoi ?
Arthur : Vous avez plus pris de la pucelle.

La Dent De Requin[]

Sur un champ de bataille, Merlin, qui devait lancer un sort contre les ennemis, a raté son coup, car il ne possédait pas une dent de requin. Les ennemis se sont moqué d'eux, ce qui a permis aux hommes d'Arthur de les vaincre.

Arthur : Nouvelle technique : on passe pour des cons, les autres se marrent, et on frappe. C'est tout nouveau.
Guenièvre : Ah, et c'est répandu, ça, comme technique ?
Arthur : Ah non, ça c’est que nous. Parce qu’il faut être capable de passer pour des cons en un temps record. Ah non, là-dessus on a une avance considérable.

L'Imposteur[]

Merlin ne sait pas se servir de magie utilement, et Arthur commence à se demander si il est vraiment druide.

Arthur à Perceval : Au bout d'un moment, il est vraiment Druide, ce mec-là, ou ça fait quinze ans qu'il me prend pour un con ?

Codes Et Stratégies[]

Une nouvelle fois, les hommes d'Arthur n'ont pas suivi ses commandements sur le champ de bataille.

Arthur : Je suis chef de guerre, moi. Je suis pas là pour secouer des drapeaux et jouer de la trompette !

Tel Un Chevalier[]

À table, Arthur tente désespérément de comprendre ce que lui explique Perceval.

Arthur : Non, moi je crois qu'il faut que vous arrêtiez d'essayer de dire des trucs. Ça vous fatigue, déjà, et pour les autres, vous vous rendez pas compte de ce que c'est. Moi quand vous faites ça, ça me fout une angoisse... Je pourrais vous tuer, je crois. De chagrin, hein ! Je vous jure c'est pas bien. Il faut plus que vous parliez avec des gens.

La Visite D'Ygerne[]

Arthur reçoit la visite de sa mère Ygerne et lui demande si elle veut prendre le repas.

Ygerne : À Tintagel on mange quand on l'a mérité, quand on sait qu'on a accompli ses commandements avec humilité et qu'on a glorifié sa famille !
Arthur : Oui... Non, nous on mange quand on a faim.

[...]

Arthur : Ah mais merde avec Pendragon ! « Fallait pas lui parler comme ci », « il aurait jamais accepté ça », « quand on lui marchait sur le pied il vous crevait un œil... » Moi quand on me marche sur le pied, eh bah on me dit pardon, et puis j'réponds « c'est pas grave » ! Je suis pas une espèce de gros taré à qui on peut jamais rien dire ! Alors foutez-moi la paix avec ce con et finissez ce que vous avez dans votre assiette !

À La Volette[]

Arthur a une chanson dans la tête dont il n'arrive pas à se débarrasser. Il demande à Merlin une solution, qui lui propose de chanter à haute voix une bonne fois pour toutes.

Arthur : Quand je viens vous voir, pour vous demander des trucs, c'est l'Enchanteur que je viens voir, pour qu'il me donne des solutions d'Enchanteur. Pas des combines à la noix ou des remèdes de bonne femme ! Vous êtes mon Enchanteur, vous êtes pas ma grand-mère. Ok ?

[...]

Arthur à Guenièvre : La prochaine fois que vous faites venir un barde, je lui ouvre le bide de là à là, je lui sors les boyaux et je file sa langue à bouffer aux chiens. C'est clair, ça ?

Unagi[]

Arthur arrive dans la salle d'entraînement et voit que Perceval et Karadoc sont en entrain de se reposer.

Arthur : Ça vous fait pas mal à la tête de glandouiller vingt-quatre heures sur vingt-quatre ?

Le Tourment[]

Perceval toque à la porte d'Arthur en pleine nuit pour avoir son accord à son mariage avec Angharad.

Arthur : J'en ai rien à foutre ! Vous pourriez vous marier avec une chèvre si ça vous chante ! Et puis, mon petit vieux, si y en a une qui est d'accord, rappelez-vous que c'est inespéré et puis sautez sur l'occasion.

Agnus Dei[]

Sous les conseils de Guenièvre, Arthur se met à la prière chrétienne.

Arthur : Dieu ! Depuis que vous êtes arrivé - ça fait quoi, ça fait deux-trois ans à peu près, enfin je veux dire deux trois ans que le truc a bien pris, quoi, que les gens en parlent, tout ça - moi je fais tout ce que je peux pour mettre les gars au pas. La Quête du Graal, le côté symbolique, la lumière, la salvation, tout ça, je crois que c’est bien rentré. Parce que c’était pas gagné quand même. Moi, les mectons de la Table Ronde, c’est pas des flèches, vous êtes au courant de ça. Quand je leur parle du Graal, eux ils cherchent un vase, et c’est marre. Si je commence à me lancer dans des explications comme quoi c’est pas l’objet qui est important mais le côté symbolique, le sang de votre fils, la vie éternelle, alors là, les gars y me regardent avec des billes comme ça et puis y décrochent, ah, hein, rideau ! Alors j’crois que ce qui serait pas mal, si on veut faire un peu avancer l’histoire, voyez, ça serait de faire péter un signe. Mais un truc commak, hein. Parce que la Dame du Lac, c’est bien gentil, mais euh, comme y'a que moi qui peux la voir, c’est pas très encourageant pour les autres. Non, au contraire, quand y me voient causer tout seul, y se demandent si j’ai pas carrément tourné la carte. Alors voilà, faites ce que vous pouvez, quoi. Je compte sur vous. Donc heu... Amen... Enfin... Deo gratias je sais plus quoi... J’suis désolé, j’ai pas eu le temps de potasser les formules.

Polymorphie[]

Guenièvre soupçonne Arthur d'être un imposteur qui aurait utilisé une potion de polymorphie.

Arthur : Merlin, il sait déjà pas monter des blancs en neige, alors préparer une potion de polymorphie... Permettez-moi d'avoir des doutes.

[...]

Arthur : Mais comment voulez-vous que je vous prouve que je suis moi, ça devient débile, à la fin !

Livre II[]

Le Discours De Paix[]

Arthur : Décarre tes troupes de chez moi ou je crame ton pays. C'est assez simple comme vocabulaire ?

Le Portrait[]

Arthur : Arthur, le dragon, Arthur... Y'a rien qui gigote là-dedans ?

[...]

Arthur : Vous, vous devriez arrêter de sourire. Je vous promets, ça devient vraiment malsain.

La Chambre[]

Arthur : Est-ce que vous avez conscience que j'ai de menues responsabilités au sein de ce gouvernement qui me tiennent relativement éloigné des problèmes de répartition des piaules ?

[...]

Arthur : Et alors, vous allez me libérer les locaux avant ce soir, vous entendez ?! Je veux les turnes impeccables, les draps en tas dans le couloir et les clefs sur la porte, vous retournez crécher dans vos pays de débiles et vous foutez le camp de ma salle de bain !

Neiges Éternelles[]

Arthur : Bohort, je vous donne l'ordre de vous rendre immédiatement en Andalousie pour y rencontrer le chef wisigoth et lui transmettre le message de paix suivant : « Coucou. »

Silbury Hill[]

Arthur : Quand vous voyez des gadins de quinze pieds de haut plantés en rond, figurez-vous qu'ils ont pas poussé dans la nuit.

Le Monde D'Arthur[]

Arthur : Non, mais, regardez. Maintenant que j'ai enlevé la mie de mon pain... (Il fait parler le pain avec une voix solennelle.) Aaah, Arthur ! Le Graal tu t'en iras quérir. Mam mam mam mam. Mam.

[...]

Arthur : Sire nous voici à l’entrée de la grotte. Pied à terre, mon fidèle Lancelot, le Graal est a porté de main ! Attention, Sire, derrière vous ! Le chevalier noir ! Arthur, ta dernière heure a sonné ! Vil félon, où a tu dissimulé le Graal Sacré ? Dans ton cul ! Tu paieras pour cet affront ! Aaahh… Victoire, Sire ! Le Graal, enfin ! Il est vachement gros ! Attention il est pas du tout comme j’imaginais ! Sire, écoutez, les villageois, ils vous acclament comme des villageois ! Vive Arthur, vive le Roi de Bretagne, vive Arthur ! Hourra ! Hourraaa ! Au secours, au secours, appelez Merlin ! Merlin arrive, oaaaahhh, apparition inexpliquée, boule de feu, boule de feu ! Attention, l’ogre des collines : disparaissez de mes terres, périssez êtres inférieurs ! CATAPULTES ! CATAPULTES, CATAPULTES, TIREZ !

Les Classes De Bohort[]

Arthur : Mais je vous emmerde, mon petit pote ! Vous commandez ce que je vous dis de commander et vous la fermez bien comme il faut !

Le Poème[]

Arthur : Y'a trop de clampins qui se disent poètes et qui sortent la licence poétique dès qu'ils pondent trois merdes que personne comprend.

[...]

Arthur : Au printemps, le sommeil ne cesse dès l'aurore. Partout se font ouïr les gazouillis d'oiseaux. La nuit s'achève enfin dans le souffle des eaux, qui sait combien de fleurs seront tombées encore.

La Fête Du Printemps[]

Arthur : Le plus intéressant, c'est : comment vous arrivez à faire un truc aussi immonde avec des ingrédients normaux ?
Séli : Immonde ?
Arthur : Mais c'est incroyable, j'ai l'impression de bouffer de la terre avec de la bouse et du gravier, ça sent le poulailler, mais c'est du cèleri et des oignons. C'est prodigieux.

[...]

Arthur : Ah, le printemps ! La nature se réveille, les oiseaux reviennent, on crame des mecs.

Le Tourment II[]

Arthur : Une heure avant, je me dis toujours : « Tiens, je vais déjeuner avec Perceval, ça me fait plaisir. » Ça vous la coupe, ça, hein ? Bon, après, une fois que j'ai bouffé avec vous, je regrette, hein, on est d'accord. Arrivé au milieu du repas, j'ai toujours envie de vous éclater le crâne avec le tranchant de la coupe, là, vous voyez, pour vous faire... Fermer votre gueule une bonne fois pour toutes... Mais sinon... Je vous aime.

L'Ivresse[]

Arthur : On y voit comme à travers un pelle là-dedans... Hé, lumières ! Pff bande de fainéants... Ah ça, pour roupiller, vous êtes fortiches. Les Chevaliers de la Table Ronde... LES CHEVALIERS DE MES DEUX ! J'suis p... j'suis pas roi, moi ? C'est p... C'est pas moi le roi ? (Il dégaine Excalibur.) Et ça, c'est du nougat ?! Tout seul, je vais le chercher le Graal, moi, et la vie éternelle, c'est pour bibi ! Et vous, vous irez vous gratter !

Always[]

Arthur : Mais vous êtes pas mort, espèce de connard ?

[...]

Arthur : Oubliez ce que je viens de dire. Le Graal, c'est de la merde.

[...]

Arthur : Le Seigneur Perceval ne se met jamais en situation dangereuse. Pour ça, il fait preuve d'une intelligence redoutable.

Les Alchimistes[]

Arthur : Vous croyez vraiment que vous avez les moyens de me convoquer ? Je suis là parce que je veux bien... Et si vous m'avez fait déplacer pour rien, je vous balance quinze jours dans une cage sans boire ni bouffer et je me démerde pour que vous chopiez le typhus ! Je vous écoute.

Le Passage Secret[]

Arthur : C'est parce que je cherche le Graal que je suis roi. Et du coup que vous êtes reine. Si je cherchais pas le Graal, vous seriez encore en Carmélide en train de torcher le cul des vaches dans une des fermes de votre con de père !

Unagi II[]

Arthur : Je vais vous dire. Même si le pays était à feu et à sang, il serait hors de question que je rate un truc pareil !

[...]

Arthur : Et si je vous dis que vous êtes deux glands, là, vous avez du péremptoire. C’est vous qui voyez.

[...]

Arthur : Je gueule, c'est vrai, je suis un peu sec, tout ça, mais pour quelqu'un comme moi qui a facilement tendance à la dépression, c'est très important ce que vous faites, parce que... Comment vous dire... C'est systématiquement débile, mais c'est toujours inattendu. Et ça, c'est très important pour la... La santé du... Du cigare.

[...]

Arthur : Mais ça va bien, maintenant, arrêtez votre cirque, on va pas y passer la journée ! Je vous dis qu'il faut que j'aille chez Dagonet, alors j'attends que vous vous pétiez un bras, et je me casse, alors magnez-vous le tronc !

Livre III[]

Legenda[]

Arthur : Eh bien, c'est l'histoire d'un petit ourson qui s'appelle… Arthur. Et y'a une fée, un jour, qui vient voir le petit ourson et qui lui dit : « Arthur tu vas partir à la recherche du Vase Magique. » Et elle lui donne une épée hmm… magique - ouais, parce qu'y a plein de trucs magiques dans l'histoire, bref - alors le petit ourson il se dit : « Heu, chercher le Vase Magique ça doit être drôlement difficile, alors il faut que je parte dans la forêt pour trouver des amis pour m'aider. » Alors, il va voir son ami Lancelot… le cerf - parce que le cerf c'est majestueux comme ça... - Heu... Bohort le faisan et puis Léodagan… heu… l'ours, ouais c'est un ours aussi, c'est pas tout à fait le même ours, mais bon. Donc, Léodagan, qui est le père de la femme du petit ourson, qui s'appelle Guenièvre la... truite… non, non, parce que c'est la fille de… non, c'est un ours aussi puisque c'est la fille de l'autre ours. Non, parce qu'après ça fait des machins mixtes, en fait, un ours et une truite… non, en fait ça va pas. Bref, sinon, y'a Gauvain le neveu du petit ourson qui est le fils de sa sœur Anna, qui est restée à Tintagel avec sa mère Ygerne la… bah non, ouais du coup je suis obligé de foutre des ours de partout, sinon on pige plus rien dans la famille… Donc c'est des ours, en gros, enfin bref… Ils sont tous là et donc Petit Ourson il part avec sa troupe à la recherche du Vase Magique. Mais il le trouve pas, il le trouve pas parce qu'en fait pour la plupart d'entre eux c'est… c'est des nazes : ils sont hyper mous, ils sont bêtes, en plus y'en a qu'ont la trouille. Donc, il décide de les faire brûler dans une grange pour s'en débarrasser… Donc la fée revient pour lui dire : « Attention petit ourson, il faut être gentil avec ses amis de la forêt » quand même, c'est vrai, et du coup Petit Ourson il lui met un taquet dans la tête, à la fée, comme ça : BAH ! Alors la fée elle est comme ça... et elle s'en va… et voilà. Et en fait, il trouve pas le Vase. En fait il est… Il trouve pas… Et Petit Ourson il fait de la dépression et tous les jours il se demande s'il va se tuer ou… pas.

Le Culte Secret[]

Arthur : La religion c'est le bordel, admettez-le ! Alors laissez-moi prier ce que je veux tranquille. 'M'empêche pas de la chercher, votre saloperie de Graal.

La Poétique (2ème partie)[]

Arthur : Quand on file une histoire à un copiste, pour qu’il en fasse trois exemplaires, que ça va lui prendre trois mois, et que ça va coûter la peau des fesses, c’est pas pour raconter le temps qu’il fait ou ce que vous avez bouffé le midi, hein. Il faut que ça pète un peu.

La Mission[]

Arthur : Le Graal, je sais pas où il est, mais il va y rester un moment, c'est moi qui vous le dis !

Les Clous De La Sainte Croix[]

Arthur : Le Saint-Suaire ? Vous avez foutu en l'air le Saint-Suaire ?

Livre IV[]

Le Traître[]

Arthur : Je vais vous en faire préparer un, de bon de sortie. Signé, tamponné, tout ce qu'il y a de plus officiel. Et puisque vous aimez les catapultes, on va vous mettre les miches dedans, vous, votre fils, votre femme, et tout l'orchestre. Et paf, feu nourri, direction Carmélide, la Bretagne vue du ciel ! Ça vous apprendra à bouffer à tous les rateliers !

La Foi Bretonne[]

Arthur : Et ben si ils veulent la place les gars, je leur laisse ! Qu'ils y viennent chercher le Graal avec la compagnie de loustics que je me promène ! Je leur souhaite un bon séjour, aux mecs ! Ils se les farciront, les séances de la Table Ronde où tout le monde roupille du début à la fin ! Les doléances, les revendications, les Clans ! Moi pendant ce temps-là, j'irai glander en Andalousie ! Là-bas, au moins, on peut se baigner sans avoir les doigts de pieds tout bleus au bout de cinq minutes !

La Poétique II (1ère partie)[]

Arthur : Je pense que vous glandouillez bien assez dans la réalité pour qu'on puisse se permettre d'optimiser le fictionnel.

Le Choix De Gauvain[]

Arthur : Non, comme salope, en Orcanie, y'a ma sœur, la reine, votre mère quoi. Mais vous le saviez ça ?

Livre V[]

Arthur : ARRÊTEZ DE M'APPELER SIRE !

L'Épée Des Rois[]

Arthur : Faire tourner cette baraque... Et guider tous ces débiles jusqu'au Graal, c'est sur moi que c'est tombé. Les Dieux ont trouvé une bonne pomme pour s'arracher les cheveux avec cette histoire de dingue, ils sont pas près de la lâcher.

L'Élu[]

Arthur : Je suis désolé, mais les dieux ont pas l’air de votre avis. Je crois qu’ils en ont marre de ma tronche.

La Roche Et Le Fer[]

Arthur : Je suis Roi de Bretagne, j'ai pas de conseil à recevoir d'une clodo !

Le Retour Du Roi[]

Arthur : Pour le Graal, j’ai bâti une forteresse, moi. Kaamelott, ça s’appelle. J’ai été chercher des Chevaliers dans tout le Royaume. En Calédonie, en Carmélide, à Gaunes, à Vannes, au Pays de Galles. J’ai fait construire une grande table, pour que les Chevaliers s’assoient ensemble. Je l’ai voulu ronde, pour qu’aucun d’entre eux ne se retrouvent assis dans un angle, ou en bout de table. C’était compliqué, alors j’ai essayé d’expliquer ce qu’était le Graal, pour que tout le monde comprenne. C’était difficile, alors j’ai essayé de rigoler pour que personne ne s’ennuie. J’ai raté, mais je veux pas qu’on dise que j’ai rien foutu, parce c’est pas vrai.

Livre VI[]

Dux Bellorum[]

Arthur : Ca fait une heure qu'on vous achète tout ce qui vous passe sous le nez ! Si jamais on vous attaque, les gardes peuvent même pas vous défendre parce qu'ils sont obligés de transporter vos saloperies !

Dies Iræ[]

Arthur : Qu'est-ce que quelqu'un qui souffre et qui fait couler son sang par terre pour que tout le monde soit coupable ? Tous les suicidés sont le Christ. Et toutes les baignoires sont le Graal.

[...]

Arthur : Les rêves, ça se compare pas.

[...]

Arthur : Je suis le Roi Arthur, je ne désespère pas. Jamais je perds courage. Je suis un exemple pour les enfants.

Léodagan[]

Livre I[]

Les Tartes Aux Myrtilles[]

Séli : Bon ben ça va ! Je vous demande quand même pas de manger des briques !
Léodagan : Sans vouloir la ramener, la seule différence concrète avec des briques, c'est que vous appelez ça des tartes !

[...]

Séli : J'ai envie de faire des tartes, voilà. Vous allez pas m'obliger à me justifier !
Léodagan : Ah bah non, du moment que vous nous obligez pas à les manger !

[...]

Léodagan : C’est dingue, cette histoire ! C’est pas parce que vous faites des tartes pour des petits-enfants qui existent pas que je dois les emmener à la pêche, non ?!

La Table De Breccan[]

Arthur : De toute façon faudra bien vous y faire parce qu'à partir de maintenant, on va s'appeler Les Chevaliers de la Table Ronde ! Léodagan : Encore une chance qu'on se soit pas fait construire un buffet à vaisselle, hein !

Le Fléau De Dieu[]

Léodagan : Ah bah c'est sûr que c'est pas Jo le rigolo.

Les Nouveaux Frères[]

Léodagan Je ne pense pas que deux trous-du-cul soient plus efficaces qu’un seul !

La kleptomane[]

Léodagan Vous allez pas être embêté avec une maîtresse qu’a plus d’mains ?

L'Escorte[]

(À Bohort)
Léodagan Vous êtes marié, comme moi ; vous savez que la monstruosité peut prendre des formes très diverses.

[...]

Léodagan Qu'est-ce que vous voulez, mon p'tit Bohort : entre son épée qui fait de la lumière, son Merlin qui fait pleuvoir des grenouilles et sa Dame du Lac qui se prend pour une truite, il lui manque plus qu'un numéro de trapèze, au roi des Bretons.

Dîner dansant[]

(À propos d'Yvain)

Léodagan : Il dit tellement rien qu'on dinerait avec un tabouret ce serait pareil.

(À table, en famille)
Léodagan Calogrenant, c'est le roi des cons

Arthur et les Ténèbres []

(À Arthur)
Dites tout de suite que j'ai des idées de tocard !

(À Bohort)
Faut toujours que vous veniez foutre votre merde, vous…

Arthur et la Question[]

(À Arthur)
C'est vrai que c'est curieux cette manie de pas vouloir torturer ; ça vient de quoi, ça ?


(À Goustan le Cruel, parlant d'Arthur)
Tenez ! c'est le mot que je cherchais… il gouverne comme une femme !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre I, Goustan le Cruel, écrit par Alexandre Astier.


Ma parole, des engins comme vous, cela devrait être fourni avec une notice !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre I, La potion de fécondité, écrit par Alexandre Astier.


(À Bohort)
C'est quand même formidable ce pays, faut galoper à coté de la route pour pas se casser la gueule.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre I, La vraie nature du Graal, écrit par Alexandre Astier.


(À Bohort) Le minotaure... Le minotaure c'est jamais qu'une grosse vachette montée sur deux pieds, hein! C'est pas ça qui va m'empêcher d'dormir !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre I, Le Labyrinthe, écrit par Alexandre Astier.


C'est quand même magnifique une armée bien coordonnée, hein...ben quoi, vous allez pas m'dire qu'on a pas l'air con avec nos drapeaux, ça fait une heure qu'on fait des signes y'en a pas un qui va dans le même sens !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre I, Codes et Stratégies, écrit par Alexandre Astier.


Livre II[]

Le Portrait[]

Léodagan : Mais qu'est-ce que vous venez me gonfler avec votre Père Blaise !

J’ dis déjà pas merci dans ma langue, alors je vais pas l’apprendre en picte.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, L’Enlèvement de Guenièvre, écrit par Lionnel Astier.


Ah nan mais j'vous jure hein, des tanches pareilles, on devrait les mettre sous verre !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, L’Enlèvement de Guenièvre, écrit par Lionnel Astier.


Personnellement, la condition paysanne, j'me la taille en biseau, voyez.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, La Révolte, écrit par Alexandre Astier.


(À Arthur)
Moi au moins quand je parlemente, c'est pas vicelard.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, La Révolte, écrit par Alexandre Astier.


C’est pas parce qu’un vieux moisi vient nous baver dans les étagères que ça vaut forcément que’que chose.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, Le Passage Secret, écrit par Alexandre Astier.


Remarquez… Bohort, éclaireur… rien que pour la curiosité…

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, Le Passage Secret, écrit par Alexandre Astier.


Ooooooooh, non mais faire du labyrinthe avec un trou-de-balle pareil, faut drôlement de la vaillance, hein !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, L’Oubli, écrit par Alexandre Astier.


(Hurlant) QUAND J'PENSE QU'J'AI R'FILE MA FILLE A UN ROMAIN ! J’SUIS À DEUX DOIGTS D'CRÂMER L’CHÂTEAU !!

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, Le Secret d’Arthur, écrit par Alexandre Astier.

Avec un pif pareil ils feraient mieux de chercher des truffes plutôt que de nous emmerder !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, Amen, écrit par Alexandre Astier.


Vous savez c'que c'est, mon problème ? Trop gentil.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, Le complot, écrit par Alexandre Astier.


En tout cas, on a cramé leur tueur, s'ils veulent le récupérer, il est facile à transporter.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, Le complot, écrit par Alexandre Astier.

(au père Blaise)
Vous mériteriez que je vous foute à la lourde avec les chiens au calcif !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, 27 :le jurisconsulte, écrit par Alexandre Astier.


Moi une fois, j'étais tellement bourré que j'avais l'impression de me faire attaquer de tous côtés, j'me défendais, j'me défendais... En fait, j'étais dans un pâturage, j'ai tué 76 chèvres !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, 31 :l'ivresse, écrit par Alexandre Astier.

Livre III[]

Eh bah mon vieux... Pour ça comme pour le reste, on n'est pas à la hauteur de la légende.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre III, 12 :le Fléau de Dieu II, écrit par Alexandre Astier.

Ben c'est pas pour prendre la défense de la petite mais c'est vrai qu'il tabasse le rouquin aujourd'hui.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre II, L'ivresse, écrit par Alexandre Astier.

Bon par exemple moi j'adore les fraises, bon bah si j'bouffe 3 bassines de fraises en 1 heure ah bah j'choppe la chiasse hein, j'suis comme tout l'monde hein...

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre III, Le Magnanime, écrit par Alexandre Astier.


Moi, j’ai appris à lire, et ben je souhaite ça à personne !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre III, L’Assemblée des rois 2e partie, écrit par Alexandre Astier.


(À Séli, à propos de Merlin) Quoi, j'y vais ? Je l'avoine ?

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre III, La Potion de Fécondité II, écrit par Alexandre Astier.


Livre IV[]

C'est marrant parce que, d'habitude, dans les tartes, moi, je mange les fruits puis je laisse la pâte. (Arthur : Et là, vous faites l'inverse ?) Hein ? Ah non, là, je laisse tout.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre IV, La tarte aux fraises, écrit par Alexandre Astier.


Oh, la fierté… Si j’avais dû être à cheval là-dessus, je vous aurais pas épousée, déjà.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre IV, L’Art de la table, écrit par Alexandre Astier.


Moi, j’étais sûr qu’ils reviendraient crevés ; ils sont vivants, un succès. Mieux, une surprise.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre IV, La Réaffectation, écrit par Alexandre Astier.


On a les mains prises ducon !!!

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre IV, La Blessure D'Yvain, écrit par Alexandre Astier.


Heu... à propos de devenir marteau, vous savez que chez moi ça peut aller assez loin ?
Parce que bon, mettons là heu... on s'pose, on analyse le truc. Le crin-crin ça fait des heures que ça dure et en plus, vous vous y mettez à plusieurs.
Et ben moi le machin, une fois que j'en ai fait des copeaux, et ben je peux très bien mettre le feu au plumard ! Même au mobilier, ça m'fait pas peur !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre IV, Le Oud II, écrit par Alexandre Astier.

(À Dame Séli) En somme, il faudrait déclarer la guerre à Lancelot pour récupérer la Reine et donner un héritier au trône, en tablant sur l'éventualité que la Reine est enceinte et pas d'une fille? [Dame Séli : En somme] Et c'est moi le paramètre hasardeux ?

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre IV, Les Novices, écrit par Alexandre Astier.

Livre V[]

Les Rivales[]

Léodagan : Eh ben, vous avez une de ces tronche, vous ! Élias : Quoi ? Quelle tête ? Léodagan : J'en sais rien, mais plus que d'habitude, hein ! Vous avez toujours une mine de chiotte, mais là... Je sais pas si c'est la lumière du feu ou quoi, mais on dirait que vous êtes mort.


Je vous le dis, cette histoire ça pue !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, La roche et le fer, écrit par Alexandre Astier.


Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, Perceval de Sinope, écrit par Alexandre Astier.


Prenons un symbole connu : le Graal. Tout le monde sait bien que c'est beaucoup plus qu'un vase, hein ? Y'a toute une signification autour. Mais regardez ça par exemple : c'est une couronne. Alors d'un point de vue purement concret, ça veut juste dire que je suis Roi. mais d'un point de vue symbolique c'est beaucoup plus intéressant... Par exemple, cette couronne nous informe symboliquement que tous les mous du slibard qui avaient l'habitude de se les rouler sous l'ancien régime vont devoir se mettre un coup de fouet s'ils veulent pas que je leur mette moi-même. Cette couronne symbolise la fin des haricots et la décarrade des tire-au-flanc, et surtout l'avènement de l'ordre et de la discipline. En d'autres termes, la rigolade, c'est terminé.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, L'avènement du Sanguinaire, écrit par Alexandre Astier.


Et qu'est-ce que vous voulez que j'y fasse à la paperasse, moi ? Vous me prenez pour un serre-livre ?

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, Le royaume sans tête, écrit par Alexandre Astier.


Parce qu'au bout d'un moment, il va falloir envisager la possibilité de me lâcher la collerette !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, Le royaume sans tête, écrit par Alexandre Astier.


Non, mais je crois que mes ambitions se résument clairement: la férocité avant tout.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, Le royaume sans tête, écrit par Alexandre Astier.


(À Séli)
Vous voulez que j'aille lui mettre une avoine ?"

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, Le royaume sans tête, écrit par Alexandre Astier.


Dites, vous savez qu'à solliciter trop souvent la patience des gens, on finit par agacer ?

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, Le royaume sans tête, écrit par Alexandre Astier.


(À Loth) Alors, si vous êtes plus à l'aise avec les situations concrètes, je peux vous proposer mon pied dans les noix...

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, Le dernier jour, écrit par Alexandre Astier.


(En parlant d'Yvain et Gauvain)
Ils ont la notion de rien. Même la notion de la menace que représente mon pied au cul ils l'ont pas. C'est désespérant.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre V, 8 : Le Périple, écrit par Alexandre Astier.

Livre VI[]

(À Séli) Les coups de génies, j'ai pas besoin qu'on me les souffle.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre VI, Nuptiae, écrit par Alexandre Astier.


(À Séli) Oui vous avez raison, soyez pas trop d’mon côté. On aurait l’air un peu couple à la con à être tout l’temps d’accord !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre VI, Arturus Rex, écrit par Alexandre Astier.


(À Loth) Je veux bien passer sur vos tentatives de putsch, vos combines verreuses... En revanche, si vous ne la fermez pas tout de suite, mais, définitivement, je vous aplatis les boules avec ça.

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre VI, Praeceptores, écrit par Alexandre Astier.


Eh les gars, vous savez ce qu'on bouffe ce soir ? DU ROMAIN !

  • Lionnel Astier, Kaamelott, Livre VI, 1 : Miles Ignotus, écrit par Alexandre Astier.


Loth[]

Livre III[]

Ave Cesar, rosae rosam, et spiritus rex ! Ah non, parce que là, j’en ai marre !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre III, L’Assemblée des rois 1e partie, écrit par Alexandre Astier.


Tempora mori, tempora mundis recorda. Voilà. Et bien ça, par exemple, ça veut absolument rien dire, mais l’effet reste le même, et pourtant j’ai jamais foutu les pieds dans une salle de classe attention !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre III, L’Assemblée des rois 2e partie, écrit par Alexandre Astier.


Les mômes maintenant, ils lisent, ils lisent, ils lisent et résultat...ils sont encore puceaux à 10 ans...



Je ne reviendrai plus jamais, cette fois je le dis, je le fais, je reste chez moi. Merde. Ça suffit.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre III, L’Assemblée des rois 2e partie, écrit par Alexandre Astier.


Livre IV[]

Vous êtes chevalier, je suis roi… Je vous demande de venir, vous venez et puis c’est tout !… Je vais pas non plus aller brûler un cierge sous prétexte que vous avez fait un tour de cheval !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre IV, Dagonet et le Cadastre, écrit par Alexandre Astier.


Pour faire court, vous êtes ici chez les salopards. C’est admis. On n'a pas des idées bien jojos, et on n’a pas peur de le dire ! On fomente, on renégate, on laisse libre cours à notre fantaisie.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre IV, Dagonet et le Cadastre, écrit par Alexandre Astier.


Voilà… Moi de mon coté j'avais parié que vous étiez encore trop branquignole pour savoir c'qui était à vous… Je vois que j’ai encore tapé juste !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre IV, Dagonet et le Cadastre, écrit par Alexandre Astier.


Oh Là ! Attendez. Nous ici, on est en train de parler à quelqu’un d’intelligent. Si vous en êtes encore à respecter vos serments, on va couper court, on est tous très occupés.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre IV, Dagonet et le Cadastre, écrit par Alexandre Astier.


[À Lancelot] Ah ! À ce propos, je dois vous avouer que j'ai longtemps réflechi à savoir comment vous deviez m'appeler. [...] Éh oui ! Parce que vous êtes pas, à proprement parler, un de mes sujets. Vous êtes pas sous mes ordres non plus. "Sire" c'est quand même un peu ampoulé. Alors j'ai pensé à beaucoup de choses. "Loth", "Seigneur", "Monsieur"... Je me suis même demandé si vous deviez pas m'appeler "vieille branche", "mon p'tit pote" ou "canaillou".

  • François Rollin, Kaamelott, Livre IV, Loth et le Graal, écrit par Alexandre Astier.


[À Lancelot] Alors là, pareil. J'vais dire une banalité : Ne jamais négliger les bienfaits du couple dans la fonction militaire ; surtout quand on est à poste de décisions. Moi, j'ai toujours mené mes troupes de façon laborieuse et pénible, pourquoi ? Avant tout -faut pas s'le cacher- parce que ma femme est une grosse salope.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre IV, Loth et le Graal, écrit par Alexandre Astier.


Moi, quand ma garce de femme est là, ça déménage pas mal aussi… Hier, elle m’a fendu le tibia avec une amphore, la salope !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre IV, La Rémanence, écrit par Alexandre Astier.

Livre V[]

Quand on veut être sûr de son coup, Seigneur Dagonet… on plante des navets. On ne pratique pas le putsch.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Les Repentants, écrit par Alexandre Astier.


(À Venec) C'est un style que vous vous donnez d'être à moitié cul nu ? [...] Remarquez ça change. Et puis ça désacralise le guet-apens.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, 1 : Les Repentants, écrit par Alexandre Astier.


Vous, vous êtes un peigne-cul en toutes circonstances. N'importe qui vous pousserait à n'importe quoi pourvu qu'il parle un peu fort

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Corvus corone, écrit par Alexandre Astier.


Non, c'est moi qui y suis pour quelque chose. Le coup d'Etat, c'est moi ! Le clan séparatiste, c'est moi ! Et d'une manière générale j'ai un lien plus ou moins direct avec tout ce qui se manigance de vicelard en Bretagne depuis ces trente dernières années, ça tout le monde le sait. Ce qu'on sait moins en revanche, c'est la raison qui me pousse à faire tout ça... [Arthur : Oui je vous écoute, qu'est ce qui vous pousse à faire tout ça?] L'amour! Que je porte à ma femme, à votre soeur. [Arthur : Demi soeur!] Personne ne vous déteste plus qu'elle dans tout le royaume sire. Et moi pauvre fou d'amour, esclave de ses yeux, je ne cherche qu'a contenter ses désirs de vengeance, me commanderait-elle de venir attaquer vos armées seul contre un million je le ferai sans réfléchir. Alors quand cette salope a su que Lancelot organisait une armée séparatiste elle m'a ordonné de m'associer à lui et de lui filer du pognon. Et moi pauvre bête dressée je me suis lachement exécuté. Misabrevis et spiritus maxima. ça veut rien dire, mais je suis très en colère contre moi-même.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Corvus corone, écrit par Alexandre Astier.


C’est allé relativement vite, mais il a quand même fallu que je m’y reprenne à deux fois… J’l’avais pourtant étranglé pendant cinq bonnes minutes, le fumier, il était bleu outre-mer avec une jolie langue gonflée comme une escalope de dinde, et pourtant croyez-moi si vous voulez, il respirait encore la vieille carne. Et, je sais pas si c’est cette respiration paniquée et sifflotante, ou alors si c’est le fait qu’il me fixait avec de grands yeux rouges - parce que tous les vaisseaux avaient pété - mais je me suis senti un peu déstabilisé. Alors j’lui ai bourré la bouche avec un linge trempé dans de l’huile de lampe et j’ai foutu le feu. Bah ça répond à votre question du coup : oui, c’est allé assez vite.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Hurlements, écrit par Alexandre Astier.


Oui mais, quand je reste trop dans ma baraque, je conspire, c’est un réflexe. Du coup, je prends l’air, ça vaut mieux pour tout le monde.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, La Promesse, écrit par Alexandre Astier.


Ah, mais c’est pas possible, ça ! J’ai pas envie, de participer ! À rien ! C’est pas mon genre, de participer ! Jamais je participerai ! À part à vos obsèques, bande de cons !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Vae Soli !, écrit par Alexandre Astier.


Mais ils sont tous plus débiles les uns que les autres ces pigeons. Les nôtres quand on les envoie à Kaamelott on se les fait systématiquement ramener par la vielle de la ferme d'à coté ![...] ça s'adresse à personne, les pigeons sont cons, point !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Vae Soli !, écrit par Alexandre Astier.


(A Galessin : "Le rapport entre quoi et quoi ?") Entre Excalibur et le fromage gratiné. Réponse: Aucun. C'est une métaphore moisie tiraillée entre votre stupidité d'ordre général et votre surprenante inaptitude à utiliser les métaphores...

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Aux yeux de tous III, écrit par Alexandre Astier.



Vous entendez ça ? Il parait que je suis malpoli ! Qu'est-ce que vous en pensez bande de trous-du-cul ?

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Aux yeux de tous III, écrit par Alexandre Astier.


Moi, après deux heures de retard, j'ai passé le cap de l'agacement. Le peu de volonté que j'avais de me farcir une réunion avec ce débile de Dagonet a définitivement disparu. Je suis une sorte de meuble.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Les Dauphins, écrit par Alexandre Astier.


[À Galessin] Mais parce que votre existence est merdique mon pauvre ami, vous avez l'œil qui brille à chaque fois qu'un oiseau pète, c'est triste à voir. Ça fait des années que vous menez un train de vie de noix de St-Jacques, alors évidemment, un message qui annonce la visite d'un imbécile porteur de bonnes nouvelles, c'est déjà un petit festival pour vous ! J'suis sûr que vous vous êtes peigné pour l'occasion !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Les Dauphins, écrit par Alexandre Astier.


Euh, "Vous êtes là.", c'est-à-dire qu'il est surpris lui-même, ça lui viendrait pas à l'idée de raccorder le fait qu'on est là avec le fait qu'il nous l'a demandé.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Les Dauphins, écrit par Alexandre Astier.


Moi c'est comme vous sentez, j'ai eu deux heures à vide, c'est pas si souvent, je pense que j'en ai inconsciemment profité pour dresser un petit bilan.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Les Dauphins, écrit par Alexandre Astier.


J'ai soudain la sensation limpide d'avoir gaspillé ma jeunesse... L'avoir vue s'échapper de mes mains comme l'anguille effrayée et m'appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Les Dauphins, écrit par Alexandre Astier.


Je vais y aller, de jour, devant tout le monde. Et si je deviens roi de Bretagne, je vous nomme respectivement ministre des armes, et responsable de la protection des frontières. Parce que mon destin, c'est de m'entourer de nuls, de vrais nuls… Timeo libri rex agitur, ça veut rien dire, mais c'est ce que j'ai trouvé de plus… aigre !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Les Dauphins, écrit par Alexandre Astier.


(À Arthur) Avant de vous lancer dans les excès de virilité, vous auriez la curiosité de jeter un oeil à la table du fond. Je suis venu avec quelqu'un qui veux vous parler... [tavernier : Qu'est ce qu'on fait la?] Rien, y faut surtout pas s'en mêler. Comme quand deux chats sauvages se retrouvent sur le même terrain. Y s'observent et aucun des deux ne baisse le regard sous peine d'être saigné à blanc. Ce qui couperait court c'est qu'il y en ait un plus faible que l'autre, mais la c'est pas le cas. C'est les deux même sales bestioles, inflexibles, indomptables et vivaces. Y tiennent ça de leur mère! [tavernier : De leur mère? vous voulez dire que c'est sa soeur?][Arthur et Anna : Demi soeur!] Ah! ça cause. Le dialogue s'amorçe. Peut être que vous vous ferez pas dévaster votre bouiboui.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Jizo, écrit par Alexandre Astier.


(À Anna) j'aime autant vous dire que quand une bande de détrousseur ambusqué nous tombera sur la viande, et qu'il lui prendra le gout de vous passer dessus en file indienne, je lèverai pas le petit doigt.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre V, Jizo, écrit par Alexandre Astier.

Livre VI[]

[A Léodagan] Écoutez, comme ça a priori, ça m'évoque rien, mais honnêtement c'est possible. Ce serait assez le genre de la maison, en tout cas ! De l'autre côté, voyez un peu l'ironie, si j'avais pas fomenté une attaque par l'ouest, vous seriez allés vous écraser contre les Romains à l'est ! Oui, alors, pourquoi ? Pourquoi trahir sans arrêt les gens avec qui je collabore ? Je dirais que c'est probablement une réponse compulsive à une crainte de m'attacher. Briser une relation plutôt que la cultiver pour ne pas se retrouver démuni face au bonheur. Oui, pour répondre à votre question : j'ai peur d'aimer !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Praeceptores, écrit par Alexandre Astier.


[Aux rois de Logres] Bon. Ca c'est bien gentil mais… À quel moment on trahit ?

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Nuptiae, écrit par Alexandre Astier.


Ah voilà ! Et c'est là le danger de la métaphore... si on parle avec des gros tas de bidoches, au bout de 5 minutes personne ne parle de la même chose!

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Nuptiae, écrit par Alexandre Astier.


Si on cueille pas les cerises tant qu'elles sont sur l'arbre et bien on s'ra tintin pour le clafoutis.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Nuptiæ, écrit par Alexandre Astier.


( À propos des biscuits de la marraine du roi d'Armorique ) Ils sentent la pisse, aussi.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Arturus Rex, écrit par Alexandre Astier.


[À Galessin] Soyons futés. [...] Non... mais pas vous ! Vous, vous pouvez rester tsoin-toin comme d'habitude.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Lacrimosa, écrit par Alexandre Astier.


Votre salope de fille m'a renversé une pleine soupière de bouillon sur toute la zone génitale, ça m'a LITTÉRALEMENT cuit les boules ! Vous remarquerez à quel point il m'est égal de parler de mes noix à ma belle-mère, famille de tarés !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Lacrimosa, écrit par Alexandre Astier.


Il est roi d'Orcanie, le sanglier boulimique, chère madame !

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Lacrimosa, écrit par Alexandre Astier.


[Parlant de sa femme, Anna] Bon bah moi... je la suis ! Parce que je suis... très amoureux.

  • François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Lacrimosa, écrit par Alexandre Astier.


"Mundi placet et spiritus minima", ça n'a aucun sens mais on pourrait très bien imaginer une traduction du type : "Le roseau plie, mais ne cède... qu'en cas de pépin" ce qui ne veut rien dire non plus.

François Rollin, Kaamelott, Livre VI, Lacrimosa, écrit par Alexandre Astier


Angharad[]

Livre I[]

Hé ben, si un jour j’oublie que je suis bonniche, vous serez gentils de me le rappeler !

  • Vanessa Guedj, Kaamelott, Livre I, 37 : La Romance de Lancelot, écrit par Alexandre Astier.

Livre II[]

Si Monsieur et Madame préfèrent s'envoyer des fions dans l'intimité, je peux aussi me retirer.

  • Vanessa Guedj, Kaamelott, Livre II, 37 : La Joute Ancillaire, écrit par Alexandre Astier.

Livre IV[]

(À Arthur et à Mevanwi ensemble dans leur lit) Entre le calme plat du temps de Madame et la guérilla de cette nuit, je me permet de dire à monsieur, que monsieur n'a pas bien le sens de la mesure, monsieur est en dent de scie...

  • Vanessa Guedj, Kaamelott, Livre IV, 26 : La chambre de la Reine, écrit par Alexandre Astier.


(À Arthur au sujet de Mevanwi) Je dois avouer que la chose a du bon, si c'est pour m'éviter la vue de la grande décarade, le défilé des nouvelles têtes, la parade des amoureuses à calcul, les poids lourds de la jambe légère, le festival de la morue, en somme...

  • Vanessa Guedj, Kaamelott, Livre IV, 30 : Les Bonnes, écrit par Alexandre Astier.

Duc d'Aquitaine[]

Livre V[]

Les Fruits D'Hiver[]

Duc d'Aquitaine : Oui, pardon, alors, j'ai envie de dire : en toute simplicité... (Il désigne son épouse.) La Duchesse d'Aquitaine.
Arthur : D'accord...
Duc d'Aquitaine perturbé : Y a... ?
Arthur : De quoi ?
Duc d'Aquitaine : Je sais pas, j'ai l'impression que vous...
Arthur : Non, non, non, pas du tout, pas du tout.... Si, là, non, parce que, depuis la dernière fois que je vous ai vue, vous avez perdu quoi ? Deux cents livres, à vue de pieds ? En tout cas, ça vous va très bien, ça vous rajeunit, vous faites trente ans de moins !
Duc d'Aquitaine : Ah mais non, d'accord, vous, vous êtes encore sur l'ancienne...
Séli : Ah mais oui mais c'est ça ! C'est pas celle que je connais !
Duc d'Aquitaine : Tout à fait. Excusez-moi, j'ai pas percuté. Non l'autre elle est morte. Les articulations ne soutenaient plus son poids. Donc, elle a commencé par se remplir d'eau par les coudes et après c'est passé aux chevilles, c'est remonté aux genoux, un matin elle avait tellement gonflé que j'ai appelé la garde. Alors, ils sont venus, ils ont mis un coup de lance... Et puis elle a essayé de se faufiler, comme ça, pour se cacher sous le buffet, et puis elle passait pas puisque... elle avait plus conscience de sa masse. Donc elle est restée là comme ça. Pis, six heures après, elle était crevée... Donc : (Il désigne sa nouvelle épouse.) La Duchesse d'Aquitaine.
Duchesse d'Aquitaine : Alors là, je cherche, mais je me souviens pas m'être autant tapé la honte comme ça.

Advertisement